Greetings from Kazan (Russie)

17 mai 2014  – Kazan (Russie)

Nous deux sur les derniers kilomètres mongols

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Cher tous,

L’Asie, c’est fini ! Nous voici déjà de l’autre côté de l’Oural, à Kazan pour être précise, ou nous logeons chez le couple d’auto-stoppeurs russes qu’on avait rencontré en Malaisie !

Quitter la Mongolie n’a pas été une mince affaire, et nos derniers dix jours au pays du yak ont été particulièrement riches en galères !

Du genre, faire six heures de route à l’arriere d’un pick-up avec quatre hommes saouls qui manquent de passer par dessus bord à chaque virage serré, et qui vous hurlent aux oreilles des tonnes de trucs incompréhensibles. Puis, alors qu’il fait déjà nuit noire et que vous ne sentez plus un seul de vos orteils, il vous faut descendre maintes fois du pick-up pour le tirer à l’aide d’une corde parce qu’il s’est encore embourbé.  (Pas le peine de compter sur vos copains de route ivres morts pour vous aider  à tirer le véhicule, ils ronflent dans le froid depuis belle lurette.)

Apres ce trajet épique, il y a eu le village maudit, Tsagaan Uul, dans lequel nous sommes restés coincés trois jours entiers. Une tempête de neige, aucun bus, encore moins de train, et AUCUNE voiture dans notre direction.

Un reveil en tente sous la neige

((Pour le coup, attendre une journée entière au bord d’une piste déserte, ca laisse le temps de repenser à un tas de choses. Un tas de choses précieuses oubliées, rangées dans un coin délaissé depuis longtemps, et ca, c’est bien. C’est vraiment bien.))

 

Puis, alors qu’on se croyait presque arrivés au bout de ce pays magnifique mais désert, il a fallu que la frontière la plus proche soit fermée aux étrangers. Pour éviter l’expiration de notre visa, on a du vivre un douloureux échec d’auto-stoppeur à deux reprises : Payer (un prix fort) pour avancer.

Mais une fois de plus, nos rencontres ont transformé ces galères en souvenirs merveilleux. Baatar et ses filles, par exemple, à qui l’on a dit au revoir un paquet de fois, nous ont sauvés du froid et du désespoir à Tsagaan Uul.

Baatar et ses filles

On a ensuite partagé avec Bouba, sa femme et son pote Moko plus de cinq cent kilomètres de piste (avec en prime une nuit glaciale dans leur 4×4)

Un extrait de nos trentes heures de 4x4

et surtout, la douche chaude de notre chambre d’hotel à l’arrivée. Quel plaisir d’être “hôte” pour une fois !

Notre chambre d'hotel ou l'on a festoyé entre deux douches chaudes

Et last, but not least : Kouka, un homme dont le cœur est en or (tout comme sa gencive), est venu “frapper” à notre tente pour nous inviter chez lui, alors qu’on était en train de se battre contre une tempête de sable.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une derniere soirée en Mongolie vraiment légendaire…! (J’espère bien pouvoir vous la raconter de vive voix!)

C’est donc avec regret, gueule de bois et fous rires en repensant à cette famille délurée que nous avons passé la très sérieuse frontière russe.

Ah, la Russie… D’un sérieux glacial aux premiers abords mais c’est un pays dingue, qui offre en plus la possibilité de faire un voyage dans le temps ! Allez, en vrac, chez les russes formidables, on peut : Camper et passer une soirée karaoké au bord d’une rivière avec des cinquantenaires allumés (Manon, énorme pensée pour toi : on a massacré Kaolin, ahah).

Nos copains de camping russes et leur matos de karaoke pro (Au passage, la région d'Altai est SPLENDIDE !) SAMSUNG CAMERA PICTURES

On peut aussi exploser les records d’auto-stop en parcourant d’une traite 2500 kilomètres avec “Papa Alexis”, un surhomme.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On peut se perdre dans des villages de quelques centaines d’habitants ou l’on vous prend en photo comme une célébrité et ou les vaches attaquent votre tente à six heures du matin (beau cadeau d’anniversaire pour Balou).

La soirée d’hier nos hôtes ont offert a Balou un gâteau d’anniversaire géant

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On peut visiter un musée de vieilleries avec trois “Babouchkas” (grand-mère, en russe) de 80 piges qui ne pigent pas un mot de ce que vous racontez ; boire le thé chez des kazakhs avant d’assister au spectacle de leur commune, ou le public est un spectacle en soi ; poser pour des photographes ; assister à une prière en mosquée ; et puis même admirer des gamines de huit ans tordre leur petits corps dans tous les sens lors d’une séance d’entrainement de gymnastique rythmique… Et j’en passe, et j’en passe. Mais je n’ai plus le temps de m’attarder et vous non plus, certainement.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Je vous embrasse, et vous souhaite des danses intergénérationnelles enflammées sous les étoiles, de longues attentes qui dépoussièrent les souvenirs enfouis, des musiques d’ailleurs et surtout, de croire (a nouveau) dur comme fer a la bonté humaine.

Bonus musique : A défaut d’être a la page niveau actualités, on l’est question musique mongole. (Au passage, la route est un véritable moment de partage musical, et on nous a déjà offert trois albums CDs !!!). Si vous voulez écouter ce que tout mongol digne de ce nom écoute en ce moment, cliquez ici :

Et davantage de photos (et compléments d’infos sur :
http://hubbahubba2014.blogspot.fr/

About lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
This entry was posted in Voyages and tagged , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s